Résidence et laboratoire public de la pièce Okinum, CEAD, Montréal

Résidence et laboratoire public de la pièce Okinum, CEAD, Montréal

— Résidence d’écriture du CEAD pour le projet OKINUM, suivi d’une mise en lecture d’Okinum le 21 janvier 2018,  École nationale de théâtre, Montréal —

Émilie Monnet a bénéficié en 2017 de services d’accompagnement du CEAD par le biais du projet pilote, « Émergences théâtrales autochtones » soutenu par la Fondation Cole, qui vise à favoriser la croissance d’un corpus de textes autochtones en langue française et à contribuer au décloisonnement des pratiques du milieu théâtral québécois.

Lecture publique de la pièce Okinum

Mise en lecture : Alice Ronfard
Comédienne : Johanne Haberlin

Ce laboratoire public est une étape importante dans le développement d’Okinum, lequel sera diffusé en octobre 2018. La lecture sera suivie d’une période de questions.

Okinum, un mot signifiant « barrage » en langue Anishnabemowin, raconte l’histoire d’une quête personnelle sur l’identité et la transmission, sur l’héritage psychique, celui qui se loge dans nos os et qui nous est transmis, génération après génération. Construit comme une prophétie, comme une série de tableaux oniriques où l’espace-temps se morcelle, se réfracte et se répète, Okinum est une réflexion intime sur la notion de barrages intérieurs. C’est une ode au pouvoir du rêve et de l’intuition pour remonter la rivière de la mémoire des ancêtres, et pour se réconcilier, avant tout, avec toutes les facettes et complexités d’une identité multiple.