Emilie-20014---enviar2-1100 © Benjamin Jacanamijoy T.

 

OKINUM

_

Okinum est une histoire inspirée par les femmes qui peuplent ma lignée ancestrale, depuis mon arrière arrière-grand-mère Mani Pizandawatc jusqu’à moi. Il s’agit d’une quête personnelle sur l’identité et la transmission, sur l’héritage psychique et osseux qui nous est légué de mère en fille.

Okinum est un mot en Anishnabemowin désignant barrage. Construit comme une prophétie, c’est à dire comme une série de tableaux, bribes de rêve, où l’espace-temps n’est pas conçu de façon linéaire mais plutôt circulairement, Okinum est une réflexion intime sur la notion de barrages intérieurs et de mémoire ancestrale.

En plongeant dans l’histoire de la vie de mon arrière arrière-grand-mère, j’ai commencé à faire des découvertes sur moi-même. Plusieurs parallèles entre ma vie personnelle et la sienne se dessinaient. L’histoire semble se répéter, cyclique. Ces découvertes, j’ai eu envie de les partager.
Émilie Monnet 

L’écriture d’Okinum est appuyée par Playwright Workshop Montreal dans le cadre de leur Interdisciplinary Writers’ Unit ainsi que par le Centre d’écriture des auteurs dramatiques (CEAD).

Une première étape d’écriture avec soutien dramaturgique avait lieu en novembre 2012 à Toronto, dans le cadre du festival Weesageechak Goes to Dance de Native Earth. Plus récemment, une résidence d’écriture avec Creative Gros Morne avait lieu en avril 2016 à Terre Neuve.

Slide thumbnail