turtle-banner-1100 © Josée Brouillard

 

NIGAMON/TUNAI

2010-2014
_

Cette collaboration artistique réunit les artistes Émilie Monnet et Waira Nina, artiste sonore de l’Amazonie, Colombie. Au croisement entre l’installation sonore et la performance, le développement de Nigamon / Tunai intègre les disciplines du son, de la voix, de la video, du mouvement, du théâtre et de la lumière.

Émilie et Waira sont inspirées par leur rencontre en tant que femmes autochtones de territoires opposés; par leur contact avec la neige et l’humidité de la jungle; par leurs cultures et leurs histoires personnelles; par l’univers des couleurs et leurs expériences en cérémonie. Ensemble, elles élaborent un travail autour de la notion du ‘chant silencieux’ en réponse à la violence envers les femmes autochtones et envers la Terre.

‘Nigamon’ et ‘tunai’ veulent dire ‘chant’ en Anishnabemowin et en Inga. Une production est prévue pour 2016. D’ici là, le projet se veut être une plateforme pour des échanges et collaborations artistiques entre les communautés autochtones du Canada et de la Colombie ainsi qu’entre artistes de ces deux pays, pour ensemble proposer des façons innovatives de communiquer et transformer.

 

Historique du projet

– Août 2010 : participation d’Émilie Monnet au Festival Arte y Agua para Vivir, Amazonie, Colombie. Genèse du projet entre Émilie et Waira.

– Oct-Dec 2011 : studio-résidence du CALQ à l’Université Nationale de Colombie à Bogota, en partenariat avec le Ministère de la Culture de la Colombie. Amorçe de la collaboration artistique entre Émilie et Waira.

– Sept 2012 : Ateliers artistiques aux enfants Ingas de l’école Yaichaikuri, Colombie. Atelier d’art visuel par l’artiste Anishinabe Glenna Matoush et atelier de fabrication d’instruments de musique avec l’artiste colombien Beto Villada.

– Fev-Mars 2013 : résidence artistique de 6 semaines à Montréal. En collaboration avec les artistes André Pappathomas (voix), Leticia Vera et Sarah Williams (mouvement), Dominique Leduc (théâtre), Stéphane Claude (son) et Glenna Matoush (art visuel). Présentation publique.

– Jan 2014 : atelier sonore et performatif avec les artistes colombiens Leonel Vasquez et Esmeralda Ramirez. Université Los Andes, Bogota.
Description de l’atelier

– Mars 2014 : présentation d’une première mouture du travail au Festival PanAmerican Routes, Toronto. En collaboration avec les artistes Leticia Vera (mouvement et dramaturgie corporelle), Brandon Valdivia (son), Frances Adair McKenzie (animation et projections video).

– Juin-Juillet 2014 : Participation au Encuentro Hemisferico, Montréal. Participation au groupe de reflexion sur Esthétique des corps et souverainetés autochtones. Atelier de 3 jours à Oboro sur la méthodologie de création interdisciplinaire de Nigamon/Tunai en collaboration avec Stéphane Claude, Leonel Vasquez et Sarah Williams. Résidence artistique de 2 semaines à Oboro, en collaboration avec Leonel Vasquez (son), Stéphane Claude (son), Sarah Williams (mouvement et oeil extérieur) et Lucie Bazzo (lumières). Présentation publique à Oboro.

Travail en cours présenté à Montréal. (Mars 2013)

Présentation d’une première mouture du travail au Festival PanAmerican Routes, Toronto. (Mars 2014)

Parcours sonore résidence de création, Oboro, MTL. (Juillet 2014) 
 
Documentaire sur le processus de création, Oboro, MTL. (Juillet 2014)
Slide thumbnail
Slide thumbnail
Slide thumbnail
Slide thumbnail
Slide thumbnail
Slide thumbnail
Slide thumbnail
Slide thumbnail
Slide thumbnail
© Josée Brouillard