Nouvelles

From May 30 to June 7, 2016 -  Onishka Productions, under the artistic direction of Emilie Monnet, will present Indigenous Contemporary Scene at OFFTA Festival this year. An eclectic mix of emerging and established Indigenous artists all working at the convergence of the past, the present, and the future - defying boundaries with their multidisciplinary arts practices. Interdisciplinary artist and artistic director Emilie Monnet will present TSEKAN, a combination of poetry, Indigenous language, and technology. In the not-too-distant future, a giant, turtle-shaped starship lands on Earth. TSEKAN reminds us what is at stake in today’s world asking what future awaits us, if any exists at all? Maria Hupfield is jarring in her hybrid performance and conversation with Alanis Obomsawin, a form of intergenerational community building, in Post...

13 au 17 avril 2016 – Amsterdam, Pays-Bas L'IETM (réseau international pour les arts du spectacle) est un réseau constitué de membres et dont la mission est de promouvoir la qualité et le développement du secteur des arts de la scène contemporains dans un environnement mondial en stimulant les échanges et la coopération. L’IETM compte plus de 500 organismes membres provenant de quelque 50 pays. Ces membres sont des compagnies, des producteurs et des programmateurs, des festivals, des centres de recherche et de documentation, et des institutions publiques parmi les plus importants au monde. En avril, Émilie Monnet a fait partie de la délégation canadienne qui a assisté à la réunion plénière du printemps 2016 de l’IETM à Amsterdam. Ces personnes, provenant de partout au pays et travaillant dans...

Du 4 au 14 avril 2016 avait lieu la Résidence canadienne d'auteurs dramatiques de Gros-Morne, à Norris Point, dans le Parc national du Gros-Morne à Terre Neuve. Cette residence était organisée par le Centre des auteurs dramatiques (CEAD) et Playwrights' Workshop Montréal (PWM), et regroupait les auteurs Sarah Berthiaume (Québec), Emma Haché (Nouveau-Brunswick), Michael Mackenzie (Québec), Émilie Monnet (Québec), Donna-Michelle St. Bernard (Ontario) et Step Taylor (Terre-Neuve-et-Labrador). Ils étaient accompagnées par les deux dramaturges Emma Tibaldo (directrice du PWM) et Elizabeth Bourget (conseillère dramaturgique au CEAD). La résidence s'est terminée par une lecture (en français) d'extraits des textes écrits par les auteurs pendant la résidence. Un groupe d'étudiants en théâtre de la Memorial University of Newfoundland (MUN) a également présenté une lecture d'extraits (en anglais) de...

Du 20 au 27 février 2016 -  C’est la première fois qu’un programme d’échange officiel entre artistes et professionnels autochtones d’Australie, de Nouvelle-Zélande et du Canada a eu lieu dans le cadre du Australian Performing Arts Market (APAM), du 20 au 27 février 2016, à Brisbane, en Australie. L’Australian Performing Arts Market (APAM) est l’événement professionnel international le plus important pour les arts de la scène contemporains en Australie. Il offre aux compagnies et artistes des arts de la scène australiens et néo-zélandais une vitrine stimulante où, durant cinq jours, se déroulent des spectacles, des extraits et des séances de présentation. L’événement accueille plus de 600 délégués et permet d’échanger des idées, d’établir des collaborations et de rencontrer des diffuseurs, agents et influenceurs nationaux et internationaux. En marge de l’APAM, l’Australia Arts...

Du 8 au 12 février 2016 - Une nouvel atelier intensif d'une semaine pour le projet Corps-Sanctuaire avait lieu à l'hiver 2016. Quatre participantes, anciennement résidentes du Foyer des femmes autochtones de Montréal, ont rejoint les artistes Reena Chang, Melissa Morris, Dayna Danger et Émilie Monnet pour approfondir leur réflexion sur la notion de sanctuaire et comment accéder à cet état à l'intérieur de soi. Cet atelier intensif mettait l'emphase sur la voix et le son et incluait plusieurs sessions d'enregistrements en studio. L'atelier comptait également sur la présence de l'artiste métis JoJo Rideout, professeure de voix à l'École nationale de théâtre du Canada, ainsi que du preneur de son dene Travis Mercredi. Corps-Sanctuaire est un projet artistique interdisciplinaire qui a débuté en 2014 entre quatre artistes...

Du 02 au 06 février 2016 Une nouvelle étape de création pour le spectacle TSEKAN avait lieu à Montréal au courant de la première semaine de Janvier. L'équipe de création était accueillie par le théâtre Aux Écuries à Montréal. À la lumière de la prophétie des Sept Feux, Tsekan propose un regard sur des sujets préoccupants, voire alarmants tels la destruction de l’environ- nement, l’eau contaminée dans les territoires autochtones et la tragédie des femmes autochtones assassinées et disparues. Alliant humour et poésie, langues autochtones et technologies, ce spectacle offre une vision onirique des enjeux du monde d’aujourd’hui. Les projections savamment incrustées dans une scénographie ingénieuse appuient l’interprétation, plongeant le spectateur dans un univers intemporel parfois mystérieux. Soutenue par une musique « cinématographique », la pièce propose un voyage dans...

On December 14-15th 2015, Emilie Monnet and Waira Nina were invited to participate in the Performing Embodied Oralities in the Americas working group, in Bogota Colombia. Together, they presented the history of their ongoing collaboration and the artistic process behind the creation of Nigamon/Tunai. This gathering of scholars, artists and activists explored the multiplicity of oral practices in the Americas, giving attention to the performative aspects of testimony, storytelling, word circles and other forms of verbal exchange in different contexts including Indigenous and Afroamerican communities, those living with disability, and those affected by mass violence. The working group addressed various questions: What are the critical issues in relation to our methods and ethics of engaging with oral practices—such as questions of community ownership, protocols, embodied difference, literate biases, contentious...

Le 11 novembre 2015 Les Jeunes Mécènes pour les Arts dévoilaient les quatre lauréats des bourses 2015 dont la jeune compagnie interdisciplinaire Onishka faisait partie. Ces bourses sont constituées grâce aux dons personnels de jeunes professionnels montréalais engagés à soutenir des créateurs émergents qui innovent dans leur approche et leur discipline artistiques. Le Conseil des arts de Montréal, qui effectue une présélection avant le choix final des mécènes, a reçu et analysé plus de 80 dossiers de présentation. L’initiative Jeunes Mécènes pour les Arts rassemble une cinquantaine d’hommes et de femmes de la relève d’affaires de Montréal qui ont pour but de développer une action philanthropique en soutenant financièrement la créativité montréalaise, son essor et son rayonnement. Les Jeunes Mécènes versent chacun un don privé de 500 $ pour constituer les bourses remises...

Du 13 au 23 octobre 2015  Mooniyaang, mot en Anishinabemowin pour nommer Montréal, est un nouveau projet d'Onishka sur l’Histoire de ce territoire. Face à la difficulté d’avoir accès aux perspectives autochtones sur l’Histoire de Montréal, comment pouvons-nous faire usage de nos sensibilités artistiques afin de questionner et transformer les discours historiques dominants? Comment les langues autochtones – autant par leurs sonorités que par la signification de ses mots – peuvent-elles nous informer sur le territoire où elles ont pris naissance et ainsi approfondir notre connexion avec celui-ci? Ce projet est une collaboration entre les artistes Scott Benesiinaabandan, Émilie Monnet et Pohanna Pyne Feinberg. Une première semaine de recherche avait lieu en Septembre, pendant laquelle les artistes ont pu faire une tournée des différents monuments de la ville et faire le tour...

Du 8 au 15 septembre 2015 Une nouvelle étape de création avait lieu en Septembre dernier pour le spectacle Tsekan, au centre d’arts médiatiques OBORO à Montréal. Cette résidence, qui réunissait les artistes Émilie Monnet, Waawaate Fobister, Caroline Monnet et Sabrina Ratté ainsi que le chorégraphe maori Charles Koroneho, aura permis à l’équipe de filmer le reste du contenu vidéo des scènes du spectacle et de commencer à explorer l’arrimage entre projections vidéo et jeu des interprètes. Cette étape de création était rendue possible grâce au programme de Soutien aux pratiques émergentes du Conseil des Arts de Montréal ainsi que du programme d’assistance à la production d’Oboro. ...